Prochaine épreuve
26 - 27 juin 2021
Super-Besse

Actualités, communiqués, Toutes
15.04.19.
Témoignage : Pierre et Louis Lambert, deux frères dans la course.

Les jumeaux Pierre et Louis Lambert, 19 ans, ont goûté l’année dernière au Trophée de France de EVTT sur une manche. Forcément, ils ont adhéré. On devrait les revoir cette saison s’ils parviennent à trouver de bonnes montures, ils nous expliquent pourquoi.

1-47

1/ Aura-t-on la chance de vous voir sur le Trophée de France FFM cette année ?

« Le Trophée de France est un format qui nous convient. Nous sommes des cyclistes assidus, des compétiteurs même et nous trouvons un intérêt à y participer : le est un excellent complément pour l’entraînement au VTT musculaire. Il permet de travailler le cardio sans se faire mal aux jambes ! Et puis c’est fun, comme le BMX que nous pratiquons souvent. Nous ne sommes pas des accros de la route… Ensuite, l’ambiance y est sympa et on parcourt des régions vraiment jolies. Après, nous avons un gros souci : le budget. Même avec les excellentes conditions que nous avaient octroyées la SIMA l’année dernière sur nos Fantic, une marque qu’elle importe, notre budget n’est pas encore bouclé. C’est une dépense qui vient en complément de celui de notre saison classique et ça commence à chiffrer quand on sait qu’un bon vélo, c’est dans les 5000 euros. On attend un coup de pouce d’un partenaire… »

2/ Vous avez quel niveau exactement en VTT musculaire ?

« Nous avons roulé l’année dernière sur la Coupe de France qui s’est déroulée à Guéret et nous avons intégré le Top 30. Ça commence à rouler vite. La plupart des concurrents sont quasiment professionnels et pour ne pas être à la ramasse on a décidé d’opter pour une scolarité qui nous laisse du temps libre afin de s’entraîner correctement. »
1-28

3/ Une « coupe du monde E-Bike » aura lieu à Privas (07). Etes-vous intéressés par cette manche internationale ?

« L’Ardèche est une région qui se prête parfaitement à la pratique du VTTAE : le sol est exigeant et les organisateurs vont sans doute placer la barre très haut avec un parcours sélectif. Ça s’annonce comme un challenge relevé, ça nous motive bien ! »

4/ Qui sera le meilleur des deux ?

« Nous aurons les mêmes vélos, la même préparation physique, la même vitesse car nous nous entraînons ensemble, donc le meilleur sera celui qui reste sur ses roues et qui n’aura pas de problème mécanique. En tout cas, le plaisir sera au rendez-vous, c’est sûr ! »